psychologie

Éduquer son esprit avec douceur

Prendre de la hauteur. Percevoir. Se refléter. Ré-fléchir… L’abondance des termes nous rappelle l’importance de prendre de temps et de créer de l’espace. « J’ai trop la tête dans le guidon, je n’y arrive pas… » Lorsque l’on prend de la hauteur la perspective change.

Hier je disais à mes élèves en cours de Yin de créer de l’espace, de créer de la flexibilité, à la fois dans le corps mais aussi dans l’esprit. Avec un corps souple l’esprit peut alors se relâcher et s’assouplir. Et lorsque l’esprit s’assouplit, il peut réellement se décoller, se projeter, se libérer.

On a la facile tendance à vouloir tout contrôler. Et même dans le lâcher prise je vois souvent des élèves qui cherchent tellement à lâcher prise qu’ils en deviennent anxieux…

Prashant Iyengar, disait :

« L’esprit est comme un petit enfant en bas âge, fragile et ouvert à toute empreinte. Il est le premier à nous tourmenter et le premier à pouvoir aussi nous élever. »

Soyez doux avec votre esprit. Habituez-le progressivement à se détendre, à se relâcher. Offrez lui des mécanismes positifs. Il peut être à la fois un saint ou un démon. C’est votre enfant intérieur, qu’il ne suffit pas de déposer sur un tapis et de laisser à l’abandon sans les outils nécessaires.

C’est dans votre devoir de lui apprendre à se développer positivement. On n’éduque pas un enfant à coups de bâton… Soyez doux, soyez sage, soyez braves.

Prenez le temps de prendre le temps.

Et apprenez à votre esprit comment devenir indépendant et libéré de l’inquiétude de mal faire. Lorsque vous placez une compassion juste envers vous-mêmes et envers les autres, cette notion de bien ou de mal n’existe plus.

On essaie ? ❤️

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial