blog,  psychologie

Appréhender les énergies du solstice d’hiver

Noirceur, couleur bleue, aspects bien présents au nord de l’hémisphère. À certains endroits, l’hiver arbore seulement cette temporalité différente : le temps semble suspendu, sur une Île, dans certains endroits balnéaires, la vie de l’été a laissé place au calme d’un hiver, non pas froid, mais léger, calme.

L’hiver est une représentation des glaces et du froid. Les nuits sont longues, les jours plus courts. On vit avec l’expérience de l’instant, et chaque chose que nous ressentons prends aussitôt une dimension singulière : écoute, recueillement, douceur, lenteur. Tous ces aspects de l’hiver font place à une étude de soi différente.

Au moment du solstice d’hiver, cette année, aujourd’hui le 21 Décembre, on est dans ce qu’on appelle en énergétique chinoise dans la période du Yin, ou de l’énergie féminine. La nature s’installe dans un ralenti qui lui donne goût à d’autres expérimentations… Repli, hibernation, écoute des sens. Intériorisation. L’eau givre, se glace, à certains endroits, il neige, le « Gan Dan » ( le grand froid ) s’installe. Dans le corps humain ce sont les reins et la vessie qui sont les plus organes les plus actifs. Il sont ancrés dans une énergie Yin, et froide. Au contact de cette saison, ils se rechargent, et se  » réactualisent  » pour avancer vers un nouveau cycle et une nouvelle année. Il est dit que l’énergie cosmique en toute chose est maintenue dans les reins. 


L’énergie froide du corps s’installe depuis la base du crâne jusqu’à la première vertèbre cervicale. C’est l’énergie maximum Yin, qui correspondant au mois de décembre (et à la neige abondante). P
endant le solstice d’hiver, on passe symboliquement de l’énergie Yin à l’énergie Yang, moins lunaire, plus masculine. C’est l’arrivée de la chaleur et de la descente de l’énergie vers le bas du corps, vers la terre. Au niveau des lombaires, cette énergie Yang suivra les vertèbres une à une, depuis la cinquième vertèbre jusqu’à la première.

Quelle(s) pratiques adopter ?

Dans la médecine traditionnelle chinoise, on reçoit l’énergie de chaque saison. Pendant cette période Yin, la méditation est favorisée.

  • Méditations sur les reins et sur la lumière
  • Méditations sur l’eau et la glace, purifiante et relaxante
  • Méditation sur les blocages, pour libérer les peurs
  • La couleur bleue, la douceur, la lenteur

Les postures

  • Des postures Yin d’intériorisation
  • Pratiquez les flexions avant, en décharge du dos et des parties lourdes du corps, des organes.
    Placez un coussin pour retenir votre buste en posture Paschimottanasana (la pince assise), en posture Baddha Konasana (le papillon). Pour cette posture, asseyez-vous aussi sur une couverture pliée si vous asseoir directement au sol est inconfortable. Penchez vous à partir des hanches, et du bas du dos, vers les pieds. La colonne vertébrale est longue et étirée. Restez de 3 à 5 minutes.
  • Les postures Ananda Balasana (du bébé heureux), du sphinx, ou de la libération des vents, Pavanamuktasana – (allongé une jambe repliée sur la poitrine) – sont des postures qui favoriseront le bon fonctionnement des reins.

Les méridiens Yin circulent du bas du corps vers le haut du corps, sur la face avant du corps, alors que les méridiens Yang circulent du haut vers le bas, sur la face arrière du corps. 

 

La symbolique

Le rein est un organe caractérisé par notre témérité et notre volonté, il est associé aux peurs, qui bloquent souvent les énergies circulant à l’intérieur de nous. En cas de dysfonctionnement du rein, on peut souffrir d’incontinence, et plus généralement, en cas d’excès d’énergie, de rétention. On parlera de déshydratation, de maux au niveau des lombaires, de douleurs vertébrales.

Les aliments à favoriser

Les aliments bénéfiques aux reins sont aussi de couleur bleue (comme la couleur froide de l’hiver) et viennent de la mer. Les prunes, les aubergines, les fruits de mer, les poissons, les algues, les légumineuses.

 

Si le corps manque d’eau, il est probable qu’il souffre ensuite de douleurs aux reins, aux genoux, aux os et à la colonne vertébrale. Bouger de la même manière en hiver qu’en été ne peut nous aider à trouver la régénération subtile du corps et de l’esprit que doit nous apporter l’hiver.

 

Photographie : Maybritt Devriese

Please follow and like us:
error
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial